Lettre ouverte au bel anglais de l’aéroport

Holà (ou devrais-je dire hello)

Alors voilà, je sais pas si tu resitue un peu, jsuis la meuf avec la frange et le tee shirt de touriste qui était devant toi dans la file d’embarquement dans l’avion qui partais de Rome pour aller à Bordeaux.

Enfin bref, t’as dû me remarquer vite fait parce que j’avais l’air d’un psychopathe à te regarder fixement, parce qu’il faut bien dire cqu’il est, t’es cute mon pote, et tes amis pas trop alors ça détonnait pas mal tu vois, ça a attiré mon œil de meuf célibataire-désespérée-en attente de l’homme de sa vie.

Toujours est-il que t’es sortis de l’avion précipitamment, tu devais être pressé jpense, et puis t’avais l’air de passer de bonnes vacances, sans doute parce que en Europe il fait chaud et que toit tu dois te peler le cul à Londres (nan jdec c’est un cliché, et ça se trouve tu viens de Californie et je me suis trompée sur ton accent).

J’avais fait une croix sur ton beau visage parce qu’après tout on se reverra jamais, et puis même Camille arrêtes un peu de péter un câble dés que tu vois un bg putain c’est relou quoi.

Et puis le Lundi suivant tu t’es sans doute dis qu’il fallait aller faire du shopping, et ça c’est super drôle parce que moi aussi je me suis dis ça. Et puis boum, au même moment au même endroit, c’est dingue. Du coup je t’ai recroisé, je me suis re-rincer l’œil de ton visage encore une fois trés cute.

T’as du me reconnaître aussi, et puis de toute façon j’ai crié « mon anglais ! » à mes potes quand j’ai eu fait cinq pas dans la direction opposée à la tienne. C’est bête parce que ça aurait été le bon moment pour te parler tu vois, genre « hey, you were in my plane the other day, so cool, my name is Camille nice to meet you bla bla ».

Enfin bon du coup je suis partie et puis c’était fini, j’avais eu mon petit moment de bonheur de la journée, jusqu’au prochain c’est à dire mon pot de glace et moi sur mon canapé le soir même (ne vas rien t’imaginer c’était purement alimentaire).

Et puis à croire que tu veux pas me lâcher parce que une semaine après ce fameux vol Rome-Bordeaux, t’avais toujours pas bougé de cette ville ou il se passe pas grand chose et tu étais dans la même expo que moi au même moment si c’est pas une belle coïncidence ça.

Du coup on arrêtait pas de se croiser et de se lancer des regards. Le mien voulaient dire « t’es beau t’es beau t’es beau » et sans doute que les tiens c’était plus « I know her, why she look at me like that, ok girl you’re pretty weird, STOP LOOKING AT ME PLEASE ».

J’tai souris, enfin je pense que je t’ai souris parce que tu m’as souris aussi, je crois.

Jme suis vraiment demandé ce que tu faisais encore là, mes potes en avaient vraiment marre que je gueule « mon anglais est là putain ! » à chaque fois qu’on montait un étage de l’expo, ou qu’on longeait un mur de tableaux contemporains. Et puis j’ai vu, j’ai vu les trois meufs, les trois bordelaises qui devaient être la pour vous accueillir et puis vous faire découvrir la ville aussi.

J’aurais du t’adresser la parole, enfin vous adresser la parole, quand vous essayez de traduire le panneau d’information de ce tableau très bizarre mais je me suis dis que mon anglais n’étais pas assez bon et puis j’ai regretté parce que finalement la phrase que je m’étais faite sonnais très bien mais je suis pas sûre que j’aurais dis ça sur le coup.

Du coup, avec toute ma folie j’ai réussie à prendre une photo de toi, de dos, et floue, histoire d’avoir le souvenir, et puis je suis partie. Toi aussi d’ailleurs, juste derrière moi, et puis on a du se recroiser un peu plus loin mais je devais partir alors je suis partie et toi aussi.

Te méprends pas, c’est pas une lettre d’amour, je te connais pas, et puis tu sais, c’est pas parce que tu es un garçon et moi une fille que je dois absolument tomber sous ton charme et toi sous le mien, même si t’es pas désagréable à regarder (je sais pas ce qu’il en ai de mon coté, je pense pas que ce soit magique mais bon). On peut être amis si tu veux, tu m’aidera en anglais parce que toutes mes connaissances viennent des sous titres des séries…

C’était juste parce que j’ai trouvé ça vraiment drôle ce que la hasard nous fait. Pas que toi et moi, à nous tous. C’est vrai ce qu’on dit, le monde est petit. OU alors, c’est juste Bordeaux.

Du coup, j’écris ça et je le laisse ici, si toute fois on se recroisait dans Bordeaux parce que t’aime bien l’endroit et que tu veux y rester, ou que tu traînes sur les mauvais blogs lifestyle français mais j’en doute parce que là ce serait vraiment une très grosse coïncidence enfin bref.

Mais sait-on jamais.

Ceci était une sorte d’essaie d’écriture basé sur des faits totalement réels (j’en suis encore toute émoustillée) du coup j’espère que vous serez indulgentes parce que c’est vraiment niais mais la situation m’a fais rire et m’a inspiré ça. Vous devez me connaitre j’en ai rajouté un peu, dans les faits c’était un peu gênant mais vraiment l’essentiel y est.

Bisous sur vous♥

Publicités

25 réflexions sur « Lettre ouverte au bel anglais de l’aéroport »

  1. AHAH, tu m’as beaucoup fait rire, j’ai même imaginé les scènes dans ma tête. Tu aurais vraiment du lui parler, qui sais tu le reverra peut être.
    Des bisous, Julie 🙂

    J'aime

  2. Ohhhhh j’adore ça m’est arrivé avec un gars aussi mais bon la timidité a eu raison de moi! En tout cas j’ai adoré cet article et qui sait tu le recroisera peut être. J’aimerais bien voir sa tête à cet anglais trop cute haha! Ils sont toujours bg ceux la😂 bref bisous 💜

    J'aime

  3. Coucou ma douce! Moi aussi j’essaye de toucher le fond de mes fards dans mes palettes sleek, ce sont les plus faciles à finir je trouve car les fards ne sont pas trop gros et assez poudreux 😀 ton post est génial! Merci de ta visite ❤ gros bisous

    J'aime

  4. Bon bah, si ca se toruve t’as raté l’homme de ta vie ! Ou si ca se trouve il vient en Erasmus et tu le recroisera encore et encore ! Haha ! En tout cas c’est sympa comme histoire ! La prochaine fois : parle lui !

    J'aime

  5. Bravo pour ta spontanéité et ton authenticité. 🙂 C’est très romantique et le fait que tu n’aies pas été lui parler est ce qui fait le charme de ton histoire et provoque autant d’émotions chez tout le monde. C’est profondément humain. 😉 Je te souhaite de le recroiser un jour et de lui parler ou de garder ce beau souvenir à jamais dans ton coeur comme le début de tous les possibles.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s