L’album du mois : FLIP, Lomepal

(Je me suis récemment rendu compte que mon intérêt pour la musique était devenu de plus en plus important, que j’aime en parler, et donc pourquoi pas écrire dessus ? Pourquoi pas vous présenter un album par mois ? Ou même plus qui sait. )

Holà les gars !

Ce mois de juillet est beau, il est grand, car l’album de Lomepal est enfin sorti et que ça fait du bien à mes oreilles.

 

Parlons d’abord de l’artiste en lui même. Lomepal, 26 ans, originaire de Paris Sud. Il est déjà connu pour sa proximité avec le collectif l’Entourage, un duo avec Nekfeu et des collaborations avec de nombreux autres artistes comme Mothas la mascarade, Hologram Lo…

Résultat de recherche d'images pour "lomepal"

Après 4 Ep , plus de 100 concerts et 15 millions de vues sur sa chaine Youtube, il revient donc avec son 1er album. Album très attendu, vous vous en douterez, encore plus par son contenu : un feat avec Caballero, rappeur belge, ou Di-Meh, rappeur suisse, et des productions par Superpoze ou Stwo (travaillant pour Drake).

Ça fait quand même beaucoup de noms tout ça, et on pourrait presque croire que Lomepal essaye de faire diversion. Mais une fois l’album écouté, je peux vous l’assurer, lui et ses textes prennent clairement le dessus, tout est maîtrisé à la perfection et le mélange de genre est parfait.

Résultat de recherche d'images pour "lomepal"

Dés le début, le nom et la pochette de l’album sont intrigants. FLIP, référence a une figure de skate, grande inspiration de Lomepal, passion jusque la jamais évoqué dans ses sons. Ici, de nombreux sont lui font référence comme « Bryan Herman ». Mais FLIP c’est aussi ce qu’évoque la pochette, ou l’on voit le rappeur maquillé, le travestissement, changement d’homme en femme. Finalement, FLIP c’est aussi le thème des chansons, ou il évoque souvent ses deux personnalités qui prennent tour à tour le pas sur lui : PAL et PAL (d’ou la chanson PALPAL, le clip est génial)

Résultat de recherche d'images pour "lomepal"

Cet album est pour le chanteur un album sincère, vrai, ou il se met à nu. En effet, derrière l’ambiguïté des textes (il y’a beaucoup de références et de jeux de mot dans cet album, j’adore), on peut comprendre les pensées de Lomepal, ses doutes, ses malheurs, ses opinions. On entraperçoit une rupture amoureuse dans « Yeux disent », mais surtout les remords du rappeur. Il évoque aussi beaucoup les excès d’alcool et de drogue (dans « Pommade » ou « Çà compte pas par exemple »), mais aussi les tourments de sa double personnalité, et de la nature humaine, dans PALPAL donc, dans Pommade aussi… les références et les aveux sont partout, c’est donc encore un album que j’écoute avec attention et j’y découvre toujours une phrase intrigante !

Résultat de recherche d'images pour "lomepal"

 

Pour plus d’info vous pouvez aller voir la vidéo de la chaîne Le Règlement, qui m’a permise de boucler cet article !

Finalement, on est loin du cliché du rappeur avec cet album : du bon son, de elles paroles, du sens mais aussi de l’humour, du rythme… bref, c’est pour moi une de plus belles révélation de 2017. Su vous l’avez écouté aussi, ou pas d’ailleurs, dites moi tout ça en commentaire !

Cette rubrique vous a t’elle plu ? J’ai vraiment envie d’en refaire !

xx

Publicités